Partage éclairant sur un phénomène sociétal répandu

  • Le court métrage de OCTRA
  • L'article le Point: Les femmes se cachent pour boire..
  • L'ouvrage du Dr Lowenstein, Addictologue
    "Femmes et dépendances."
  • L'ouvrage du Dr Karilla, Addictologue et Psychiatre
    " L'alcoolsiem au féminin".

L'alcool au féminin: Charge mentale, soupape de décompression, traumatisme, solitude, stress.

L'addiction à l'alcool est un fléau, insidieux et sournois. Elle s'accompagne d'un sentiment de honte, d'isolement,  de mépris pour soi même et de culpabilité.

Le regard sociétal,  porté sur l'alcoolisme féminin,  juge sévèrement les femmes parce qu'elles ne seraient ni  une bonne mère, ni une bonne compagne, ni une bonne maîtresse de maison.. Elles sont suspectées de s'écarter des rôles et statuts que la société leur demande encore.

Maladie du lien, maladie du manque d'amour, maladie de la solitude, la dépendance à l'alcool, qu'elle soit sociale ou solitaire, commence par un apéro entre amis, avec des collègues, puis un verre seule chez soi,  pour calmer les tensions de la journée. Un jour pas comme un autre, il y a une perte de contrôle et  le corps prend le dessus sur la consommation: c'est une soupape de décompression accessible pour toutes sans prescription médicale. 

La prise répétitive d'alcool  n'est pas là par hasard, et a toujours un rôle, en  fonction des attentes , des manques, des désirs, que la personne va chercher à combler par le produit.

Il est important d'être accompagnée, soutenue par une personne sans jugement. Etre entendue dans  sa dépendance permet d'être reconnue dans sa souffrance.

Se reconnaitre dans l'envie compulsive  de  prendre un verre, le besoin de  s'anesthésier pour ne pas ressentir une émotion difficile à gérer, l'incapacité à maitriser  son désir de lâcher prise.. Se reconnaitre dans ces difficultés est déjà un pas vers l'accueil de sa  souffrance, un pas vers le chemin de sa guérison .

L'addiction à l'alcool est souvent  le symptôme d'un problème plus ancien. La thérapie permet d'accéder à l'origine même de ce trouble et de s'en défaire.

L'addiction, est l'incapacité pour l'individu à résister à son envie de consommation.

D'un point de vue médico-psychoplogique et scientifique, l'addiction à une substance ou à un comportement est un trouble mental qui génère de la souffrance et nécessite une aide pour s'en sortir et rétablir son équilibre.

Toutes les substances addictives ont en commun  d'agir sur une partie spécifique du système limbique, le système de la récompense, une drôle de récompense: la dopamine. La dopamine  module les neurotransmetteurs, ces substances qui transmettent l'information entre les neurones du cerveau provoquant  une sensation de bien-être.

Prendre conscience de ce trouble est déjà un premier pas. La thérapie offre un soutien psychologique. 

Court métrage OCTRA

Un verre c'est trop, deux ce n'est pas assez..

L'alcoolisme au féminin: un problème de santé publique.

Selon le Dr Karilla, l'addiction à l'alcool, concernerait  entre 500 000 et 1,5 million de femmes. Entre 20 et 79 ans, environ une femme sur dix déclare consommer de l'alcool quotidiennement et environ quatre sur dix toutes les semaines.

Alcool : « Les femmes se cachent pour boire et ne consultent pas »

Lectures recommandées

 "Femmes et dépendances" du Dr Lowenstein                                          "L'alcoolisme au féminin" du Dr Karilla 

Magali Bours

CAPOP Centre d’Analyse Psycho-Organique
22 Rue du Faubourg du temple
75011 Paris 11


Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.